• Accueil
  • Emma : après la charge mentale, la charge émotionnelle

Emma : après la charge mentale, la charge émotionnelle

Emma : après la charge mentale, la charge émotionnelle

L’an dernier, je vous parlais de Fallait demander une bande dessinée qui m’avait frappée, d’abord parce qu’elle était criante de vérité, mais surtout parce que l’auteure, la Française Emma, a réussi à illustrer très simplement un concept qu’on peine à expliquer depuis si longtemps, mais qui ne nous pèse pas moins : la charge mentale. Son discours a créé des remous au sein de bien des couples et redéfini les rôles qui incombaient à chacun. Qui n’a pas parlé de la charge mentale récemment au bureau, à la maison, au café?

 

Pour ceux qui ne sont pas au courant, la charge mentale, c’est le poids invisible des tâches de la sphère domestiques (ménage, organisation familiale, achats, repas, rendez-vous des enfants) que prennent sur elles les mamans partout sur la planète, souvent sans avoir de reconnaissance.

Quand elles explosent un bon jour, les hommes répondent bien souvent:

«Fallait demander, je t’aurais aidée!»

Cet automne, Emma récidive avec un troisième tome de sa série de bandes dessinées Un autre regard intitulé La charge émotionnelle et autres trucs invisibles. J’avoue qu’à la lecture des premières pages, bien que passionnantes, je n’ai pas eu le même coup de coeur qu’avec sa première oeuvre. La révélation est arrivée plutôt à la fin du livre, quand Emma revient sur le couple d’amis qui a fait germer l’idée de la charge mentale. Alors que la mère de famille avait raté le souper parce qu’elle en avait trop sur les épaules à gérer toute la maisonnée, son mari lui avait jeté un regard désapprobateur, sans avoir une fois proposé de l’aider.

DJ Ricky Dee
En direct de 16:00 à 19:01
0
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.