• Accueil
  • La comparaison entre mamans, c’est bon ou c’est non?

La comparaison entre mamans, c’est bon ou c’est non?

La comparaison entre mamans, c’est bon ou c’est non?

C’est inévitable, une mère se remettra en question sur son rôle à un moment ou un autre dans sa vie. Face aux crises, aux étapes difficiles, et aux moments où elle se sent dépassée, le doute peut rapidement se pointer le bout du nez.  Dernièrement Josée, notre rédactrice en chef, me racontait comment pendant même dès la grossesse les remises en question peuvent happer les femmes : « Je n’avais pas du tout la même allure que toutes les femmes enceintes sur mon fil Facebook et Instagram? Je suis petite alors j’étais… ronde. Comme un gros ballon de plage. » Lorsque le bébé arrive, ça ne s’arrête pas là : « Pourquoi mon bébé ne s’est pas encore retourné seul, alors que celui de mon amie oui ». Lorsqu’il est question de maternité et de comparaison, l’alimentation, le développement moteur, le type d’activités et même la décoration choisie sont des sujets potentiels de comparaison. L’illustratrice Élise Gravel et sa collaboratrice Caroline Allard en parlent d’ailleurs dans leur ouvrage Les joies de la maternité (poil au nez).

 

Mais pourquoi nous comparons-nous?

 

Parce qu’intérieurement, l’humain recherche l’approbation des autres. Certains sont plus sensibles que d’autres à ce besoin. Cela dit, dans les situations de performance, nous cherchons à savoir si nous sommes bons.

« Imaginons que vous et votre amie, qui est aussi enceinte, étiez aussi sportives l’une que l’autre, et de même niveau, avant votre grossesse. Vous remarquez sur les médias sociaux qu’à trente-sept semaines, elle participe à plusieurs activités alors que vous éprouvez de la difficulté à garder le rythme depuis votre trente-deuxième semaine. Vos grossesses sont pourtant similaires ! Lorsque vous découvrez cela, vous avez probablement des doutes sur votre état physique et vous pourriez vous dire, par exemple, que vous n’avez pas fait suffisamment de sport depuis le début de votre grossesse pour stimuler votre cardio. 

À l’opposé, si vous regardez les photos d’une autre amie enceinte, mais en sachant que sa grossesse la limite physiquement depuis sa vingt-cinquième semaine, vous considérez sûrement que vous êtes en forme malgré vos quelques limitations. Ainsi, au lieu du doute ou d’une certaine culpabilité, vous ressentez de la fierté envers vous-même après avoir vu ses photos. Pourtant, dans les deux cas, ce ne sont pas vos caractéristiques à vous qui ont changé, mais bien celles de la personne avec qui vous vous comparez.

La deuxième raison qui incite les humains à se comparer entre eux est la recherche de valorisation de soi. Nous cherchons à nous comparer non seulement pour savoir si nous « sommes bons », mais aussi dans le but de nous sentir meilleurs que l’autre. C’est ce qu’on appelle la comparaison descendante. Prenons l’exemple de cette amie enceinte qui vit une situation précaire sur le plan professionnel et financier. Si vous lisez ses publications sur les médias sociaux et que cela suscite chez vous le sentiment que votre situation est plus positive que la sienne, alors vous pensez : « Au fond, tout va bien pour moi, ça aurait pu être pire. ». Ces personnes qui servent notre comparaison descendante ont un effet bénéfique sur notre estime personnelle.

En revanche, si votre but est de vous perfectionner, vous allez chercher à vous comparer à une personne que vous jugez légèrement meilleure que vous, puisque cela vous incitera à imiter ce que vous observez. On parle alors de comparaison ascendante, qui vous permet de récolter de l’information utile pour vous inspirer. Les blogues de mamans, extrêmement populaires par les temps qui courent, s’inscrivent dans cette logique. Les mamans qui tiennent ces blogues vous donnent accès à leur réalité. Si vous les admirez, alors vous aurez tendance à les suivre pour prendre exemple sur leurs idées ou leur mode de vie. »

 

Lorsque l’on parle de maternité…

 

Le fait de se comparer entre mamans peut toutefois devenir dangereux. En effet, comment se comparer entre mères? Ce n’est pourtant pas un domaine dans lequel on peut performer. La maternité ce n’est pas une course. Ce n’est pas non plus une étape de vie qui se déroule en ligne droite. Pourtant, ce que l’on rencontre quotidiennement ce sont des mamans qui se comparent sur le « faire »; Qui a allaité? Qui a fait du portage? Qui a cododoté? Qui a fait la diversification alimentaire menée par l'enfant? Qui a utilisé une technique de sommeil? Qui a suivi des cours de natation ou de stimulation par la musique? Si vous vous évaluez négativement en fonction des autres, alors vous pourriez ressentir davantage de la déprime, de la culpabilité, de la tristesse ou même de la détresse.

Être un bon parent ne repose pas sur ce que vous avez fait, mais bien sur ce que vous êtes. Ce n’est donc pas en regardant les autres que vous pourrez savoir si vous êtes une bonne maman, mais c’est plutôt en vous concentrant sur ce qui se passe entre vous et votre enfant que vous le saurez. C’est lui votre barème. Il vous démontrera qu’il est bien, qu’il vous fait confiance et qu’il se réfère à vous lorsqu’il en a besoin. C’est votre évolution à vous deux qui compte. Tentez de vous en rappeler lorsque vous doutez de vous!

 

*L’extrait provient du livre Maman en Construction pour les femmes enceintes et nouvelles mamans. Pour en savoir plus, c’est ici ou encore la webconférence ici!

En direct de 00:00 à 06:00
695
100
LIVECogeco LIVE
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.