12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close
  • Accueil
  • Semaine de relâche: rester seul à la maison, «oui» ou «non»?

Semaine de relâche: rester seul à la maison, «oui» ou «non»?

Semaine de relâche: rester seul à la maison, «oui» ou «non»?Mamanpourlavie.com

Cet article est une collaboration avec Mamanpourlavie.com et a été rédigé par Annie Harvey.

La semaine de relâche approche, et votre enfant manifeste son désir de ne pas aller au service de garde. LA question que se posent bien des parents: Mon enfant est-il assez grand pour rester seul à la maison?

Le jugement
La réponse à cette interrogation est «ça dépend». Au Québec, aucune loi ne régit l’âge minimum prévu pour rester seul à la maison. Seul le jugement des parents prévaut. Au-delà de la question de l’âge, on doit s’attarder à la maturité de l’enfant et à sa capacité de veiller à sa propre sécurité. Ceci dit, si un incident survenait et que le tribunal venait à conclure que votre enfant était trop jeune pour être seul, vous pourriez être accusé de négligence. Il faut donc faire montre de discernement.

Se poser les bonnes questions
Si la volonté de rester au domicile vient de l’enfant lui-même, selon son caractère, vous pouvez considérer l’option en analysant certains paramètres: Puis-je lui faire confiance? Est-ce qu’il saurait réagir ou agir en cas de situation critique (blessure, tremblement de terre ou autre)? Est-il de nature craintive? A-t-il suivi son cours de Gardiens avertis? Si la réponse à toutes ces questions est «oui», l’option est sans doute à considérer.

Un cours pour accroître le sentiment de sécurité
Le cours de Gardiens avertis, destiné aux jeunes de 11 à 15 ans, est un outil supplémentaire pour réduire au maximum les risques réels et les inquiétudes des parents et des enfants. Le cours, d’une durée approximative de 8 heures, enseigne aux participants les techniques de secourisme et renforce leur sentiment de responsabilité.

Lentement, mais sûrement
Sur le chemin de l’autonomie, en fonction de l’âge, on peut commencer par faire une transition en escalier. On débute en laissant l’enfant seul quelques minutes, une heure, puis deux, et ainsi de suite, jusqu’à ce qu’une confiance mutuelle (parent-enfant) s’installe.

Une liberté contrôlée
«Seul à la maison» ne veut pas dire «libre de tout faire». Il est important, tant pour le parent que pour l’enfant, d’imposer des limites. Une liste précise de ce que peut et doit faire l’enfant doit être dressée, avec son aide: Peut-il inviter un ami, jouer dehors, aller au parc, répondre à la porte, etc.? En prenant part aux paramètres qui définissent cette nouvelle étape de sa vie, le jeune se sentira considéré et sera plus enclin à respecter les consignes.

Puisque l’oisiveté est la mère de bien des petites bêtises, au-delà des règles, il faut occuper l’enfant. On peut lui préparer une petite liste de tâches à effectuer dans la journée: faire ses devoirs, éplucher quelques légumes pour le souper, plier des vêtements, etc.

Aussi et, surtout, il faut s’informer de ce qu’il compte faire lors de sa journée. S’il aime lire, on peut passer faire le plein de livres à la bibliothèque. S’il aime peindre, on s’assure qu’il a tout le matériel nécessaire pour pratiquer son art.

Un retour quotidien
Quotidiennement, au souper par exemple, on fait un retour sur sa journée et on reste à l’écoute de ses besoins, de ses craintes et de ses envies pour la suite des choses. Qui sait, après quelques jours seul à la maison, votre enfant voudra peut-être retourner au service de garde.

Surveillance à distance, «oui» ou «non»?
Il existe aussi des systèmes de caméras qui permettent une surveillance permanente et à distance. En plus d’entendre ce qui se passe dans la pièce, vous pouvez aussi parler et interagir avec l’enfant. Bonne ou mauvaise idée? Les opinions sont mitigées, mais quoi qu’il en soit, il impute à chaque parent de convenir si c’est une solution raisonnable ou non. 

Un petit contrôle ponctuel
Pour vous assurer que tout se passe bien, vous pouvez demander à votre enfant de vous appeler toutes les heures ou mandater une personne qui effectuera quelques visites ponctuelles.

En direct de 06:00 à 09:00
2327
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.