12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close
  • Accueil
  • Hawaii : une histoire de surf !

Hawaii : une histoire de surf !

Hawaii : une histoire de surf !Matt Anderson Photography / Moment / Getty Images

Cet article est une collaboration avec Guides de voyage Ulysse

Pratiqué de longue date par les Polynésiens – et les Polynésiennes –, le surf (he’e nalu) est sans doute arrivé à Hawaii avec la seconde vague de migration en provenance de Tahiti.

Retour aux sources
À Hawaii, sa pratique, très codée, imposait des usages stricts. La seule coupe d’un arbre pour tailler une planche demandait l’observation de rituels précis. Des prières étaient aussi dites pour que les dieux consentent à produire de belles vagues.

Hommes, femmes, ali’i (noble) et membres du peuple surfaient tous. Les jours les plus fastes, les villages et les champs se vidaient de leur population. Mais les choses, là aussi, ne se faisaient pas sans règle. Ainsi, les ali’i avaient accès aux meilleurs endroits et étaient les seuls à avoir le droit d’utiliser la longue planche (olo) en wiliwili (une essence endémique), qui pouvait atteindre 7 m. Épaisse de 10 cm, celle-ci pesait couramment jusqu’à plus de 70 kg. Les autres devaient se contenter d’une planche moins prestigieuse de 2 m de long. Bien souvent, les Hawaïens se mesuraient lors de compétitions sur lesquelles ils pariaient avec acharnement…

Après avoir failli disparaître sous le joug des missionnaires, qui le jugeaient futile, le surf connut une première renaissance sous l’impulsion du roi David Kalakaua – qui surfait lui-même –, puis de l’Outrigger Canoe Club en 1908. C’est à cette époque qu’apparut un certain Duke Kahanamoku, futur médaillé d’or de natation aux Jeux olympiques de Stockholm et grand promoteur de ce sport. C’est lui qui le fit connaître en Australie, d’où il conquit le reste du monde. À Hawaii, les premiers surfeurs continentaux débarquèrent durant l’hiver 1954. S’installant dans des cabanes à trois sous sur la plage, ils lancèrent un mode de vie qui, près d’un demi-siècle plus tard, en est venu à symboliser tout l’archipel.

De vagues pour tous
Aujourd’hui, deux mondes coexistent sans se croiser: celui des amateurs de haut vol et celui des touristes. Les premiers, qui ont souvent fait du surf un métier, affrontent sur les côtes septentrionales des îles, en hiver, les plus gros rouleaux de la planète. Les autres se contentent de vaguelettes raisonnables.

Les quatre îles principales disposent toutes d’écoles de surf, généralement ouvertes par d’anciens professionnels, en particulier à Waikiki, à Lahaina et Ka’anapali sur l’île de Maui, ou encore à Po’ipu (Kaua’i). On peut apprendre au choix sur une planche standard, ou sur un longboard. Les deux sont pratiqués à Hawaii, et chacun possède ses aficionados et ses spots favoris. Mesurant 3 m de long, le longboard permet aux novices de trouver leur équilibre un peu plus facilement. La location est pratiquée dans tout l’archipel, au jour le jour ou pour la semaine entière.

Le meilleur du surf hawaiien
Sur l’île d’O’ahu, tous les grands surfeurs se donnent rendez-vous sur le North Shore, où, en hiver, les rouleaux nés au large de l’Alaska déferlent avec puissance. Le spectacle est le plus souvent au rendez-vous sur Sunset Beach et, juste à côté, à l’Ehukai Beach Park, site des fameux spots de Pipeline et de Banzai. Plus calme, la superbe plage de Makapu’u offre un autre tableau: celui du surf en famille, de 7 à 77 ans.

Le tableau est un peu le même à la fameuse plage Waikiki, les touristes en plus. Dès le lever du jour, ils débarquent, la planche sous le bras. Si les rouleaux de Waikiki ne sont plus ce qu’ils étaient, des centaines d’amateurs – japonais pour bon nombre –, attirés par la légende, s’y essaient encore chaque jour au sport des dieux. Tout débute généralement par une leçon à terre, sur la plage de Kuhio ou de Waikiki proprement dite, pour un cours d’équilibre et de positionnement. La plupart des écoles garantissent à leurs élèves de réussir à tenir debout sur la planche en 24 heures et de parvenir à surfer à peu près correctement dans la semaine.

Autre paradis de la glisse, l’île de Maui attire aussi bien surfeurs, kitesurfers que véliplanchistes. Ils se partagent les meilleurs sites, en particulier sur la côte nord centrale, du Kanaha Beach Park à Ho’okipa. C’est au large de cette dernière qu’en hiver se forment les monstrueuses déferlantes de Jaws. Des vagues qui peuvent parfois atteindre 20 m de haut et sur lesquelles on se fait déposer en hélicoptère, tant elles sont dangereuses! De nombreux surfeurs se donnent aussi rendez-vous à West Maui: du haut des falaises de Nakalele Point, à l’orée de la Honokohau Bay, le point de vue est fantastique.

En direct de 00:00 à 06:00
1179
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.