Chanter, ça fait du bien !

Chanter, ça fait du bien !Bloome Magazine / Gabriel Campeau

Cet article est une collaboration avec bloomemagazine.com

Le chant choral, c’est bon pour le moral – et la santé – et c’est tout indiqué pour chasser le blues hivernal. Voici pourquoi. 

Même si on n’a qu’un filet de voix, le seul fait de chanter à pleins poumons dans l’auto ou sous la douche a un effet libérateur qui nous met tout de suite de bonne humeur – on peut tous en témoigner ! Et ça va plus loin que le simple plaisir de suivre une mélodie. De nombreuses études scientifiques démontrent que la pratique du chant, qui contribue à réduire le stress, booster l’humeur et même combattre la dépression et l’anxiété, a des effets thérapeutiques concrets. Effets décuplés quand on chante à l’unisson dans une chorale et qu’on participe, en mode collectif, à la création de quelque chose de plus grand que soi.

On en parle avec Marie-Josée Forest, la fondatrice de Chœur de loups, une chorale qui accueille tous les chanteurs, même les « sans voix », et qui connaît un succès phénoménal depuis sa fondation en 2018.

Une chorale inclusive
Est-ce que tout le monde, sans exception, peut vraiment apprendre à chanter ? D’après Marie-Josée Forest, oui, si on est à l’écoute et si on suit ses directives, qui sont très simples. « Il y a des personnes qui se sont fait dire d’arrêter de chanter à l’âge de huit ans parce qu’ils cassaient les oreilles de leur entourage. Ça peut marquer quelqu’un… C’est pour cette raison que j’ai fondé une chorale pour tous, sans auditions, sans partitions – il n’est pas nécessaire de savoir lire la musique – et sans spectacles, ce qui enlève une pression énorme liée à la performance ».

Ensemble, c’est beau
Quand 80 ou 90 personnes chantent à l’unisson, l’effet est puissant, ce qui fait souvent remonter les émotions, pour les participants comme pour Marie-Josée. « L’autre jour, on a travaillé les harmonies de la chanson Because des Beatles. La chorale était divisée en trois groupes, qui ont répété séparément des mélodies différentes. Quand tout le monde a chanté ensemble – c’est l’harmonie – ça m’a tellement frappée que me suis mise à pleurer. J’ai dû expliquer au groupe que je n’étais pas triste, mais que je ressentais trop d’émotions !» Pour entendre la chorale chanter Because, c’est ici.

Chanter, c’est comme faire du yoga (ou de la course à pied)
«Pendant que tu chantes, tu te concentres sur la mélodie, les harmonies, les émotions, et aussi sur ce qui se passe autour de toi. Impossible de penser à quoi que ce soit d’autre. Ça libère l’esprit, et c’est bon pour chasser le stress.» Autre exercice bénéfique : les profondes respirations exigées par le chant, qui s’apparentent à celles qu’on pratique pendant une séance de yoga, et qui ont un effet calmant et oxygénant. Les répétitions commencent toujours avec des exercices de respiration combinés à des étirements pour bien préparer le corps : les participants inspirent profondément en levant les bras, expirent en les baissant, inspirent en haussant les épaules, expirent en les relâchant.

«Ensuite, on fait des exercices de vocalises, explique Marie-Josée : on respire profondément, par le ventre, et on laisse sortir l’air doucement, pour apprendre à tenir une note longtemps. Ça fait travailler le diaphragme. Et puis vient le moment de chanter, en groupe, sans être jugés. Tout le monde se laisse aller, exprime ses émotions et se défoule. C’est vraiment libérateur et on vit dans l’instant présent. Ça se passe dans le cerveau, ça se passe dans le corps. Après une séance de chant, on se sent exactement comme si on venait de pratiquer du sport de façon intensive. Ça libère des endorphines!».

Le plaisir au programme
Au moment de fonder sa chorale, Marie-Josée, qui est une fan de la musique de sa jeunesse – celle des années 80 – avait envie de mettre Culture Club, Madonna, Prince et Cindi Lauper au programme. «Des chansons populaires qui rappellent de bons souvenirs, que tout le monde a déjà entendues, et qui sont très faciles à apprendre.» Elle a depuis élargi le répertoire aux années 60, 70 et 90, et la chorale apprend une nouvelle chanson à chaque séance. «Je distribue les paroles, et on commence par chanter la chanson une première fois tous ensemble, sans trop faire attention. Ensuite, on construit la mélodie et les harmonies. À la fin de la soirée, on arrive à bien chanter la chanson deux ou trois fois. Évidemment, on ne donne pas dans la perfection : ce qui nous intéresse, c’est le plaisir!»

 

Envie d’essayer ?
La période d’inscription pour la session hiver 2020 (d’une durée de 18 semaines) est en cours. On peut, moyennant 15$, participer à un soir d’essai le mardi 21 janvier. Les répétitions ont lieu à la Cenne, au 7755 boulevard Saint-Laurent, dans le quartier Villeray, à Montréal.

Chœur de loups anime également des séances de chant en entreprise et, une fois par mois, des soirées de chant dans un bar (Chœur d’un soir) dans un bar, où 100, 125 personnes se réunissent pour apprendre deux chansons.

Pour information :
Choeurdeloups.com

En direct de 11:00 à 16:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.