12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close
  • Accueil
  • Les cancers masculins: facteurs de risques, symptômes et dépistage

Les cancers masculins: facteurs de risques, symptômes et dépistage

Les cancers masculins: facteurs de risques, symptômes et dépistage

Cet article est une collaboration avec Mamanpourlavie.com et a été rédigé par Annie Harvey.

L’appareil reproducteur masculin, un sujet que les hommes abordent difficilement. L’ultime tabou, quoi. Pourtant, dépassé la cinquantaine, ils sont nombreux à éprouver quelques soucis plus ou moins majeurs de ce côté. Le cancer étant, bien entendu, le plus grave des scénarios.

Facteurs de risques

Au-delà de l’âge, du côté du cancer de la prostate et du cancer testiculaire, on retrouve différents facteurs de risques. On pense aux antécédents familiaux, à la sédentarité, à la consommation d’alcool, au tabagisme et à un indice de masse corporelle élevé. Notons également que les hommes afro-américains ont près de deux fois plus de risques d’être touchés. Cela dit, être «à risque» ne signifie pas qu’automatiquement vous développerez la maladie.

Symptômes les plus fréquents

Dans sa forme primitive, le cancer de la prostate est généralement silencieux. C’est-à-dire que les symptômes sont rares. Par contre, lorsqu’ils apparaissent, voici les plus communs:

  • difficulté à uriner ou, alors, uriner plus souvent
  • sang dans les urines ou dans le sperme
  • douleurs et raideurs au bas du dos
  • éjaculations douloureuses
  • difficultés érectiles

Mais, attention! Ces symptômes peuvent également appartenir à d’autres maladies prostatiques, telles que l’hypertrophie bénigne de la prostate. Si vous éprouvez l’une ou l’autre de ces manifestations, consultez un spécialiste de la santé. Il saura vous aiguiller.

Et le dépistage dans tout ça?

Contrairement au cancer du sein, au cancer colorectal et au cancer du col de l’utérus, le cancer de la prostate et le cancer testiculaire ne sont pas au nombre des cancers qui bénéficient d’un programme de dépistage. Bien qu’il existe deux tests qui permettent une détection précoce de la maladie (le toucher rectal et le dosage de l’APS), le Collège des médecins du Québec est d’avis que le dépistage ne devrait pas être proposé aux hommes dont l’espérance de vie est inférieure à 10 ans ou qui sont âgés de 70 ans et plus.

L’un des freins majeurs à un programme de détection du cancer de la prostate et du cancer testiculaire est sans doute la crainte du surdiagnostic, qui entraînerait dans son sillage des traitements invasifs pour des maladies qui n’auraient jamais entraîné la mort ou été symptomatiques.

Les examens

En présence de symptômes, ou d’un historique familial et/ou médical, le dépistage devient alors essentiel. Comme mentionné précédemment, il peut être effectué par deux techniques qui, parfois, peuvent être combinées.

Le toucher rectal

Bien des hommes le redoutent, cependant, cet examen reste efficace et relativement peu inconfortable. De plus, dans certains cas, il permet au praticien de détecter un cancer, même quand l’antigène prostatique spécifique (APS) est considéré comme normal.

Dans le cabinet du médecin, ce dernier insère un doigt ganté et lubrifié dans le rectum du patient. Grâce à cette palpation, il est à même de déceler d’éventuelles anomalies.

Le dosage de l’APS

Par l’analyse d’un échantillon de sang, le spécialiste peut mesurer le taux de l’antigène prostatique spécifique. Lorsque ce dernier est élevé, la présence d’un cancer peut être suspectée.

Toutefois, ni le toucher rectal ni le dosage de l’APS ne peut infirmer ou confirmer la présence d’un cancer de la prostate. Pour établir un diagnostic, ces tests doivent être combinés à une échographie transrectale et à une biopsie de la prostate.

Taux de survie

Bien que l’on estime les chances de survie à 97 % pour le cancer des testicules et à 96 % pour le cancer de la prostate, la bataille face aux cancers masculins n’est pas gagnée. Il faut continuer d’en parler et d’encourager les hommes à adopter des habitudes de vie saines et équilibrées.

En direct de 00:00 à 06:00
1366
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.