12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close
  • Accueil
  • Les enfants qui ne mangent presque rien

Les enfants qui ne mangent presque rien

Les enfants qui ne mangent presque rien

Cet article est une collaboration avec Mamanpourlavie.com et a été rédigé par Samah Fares, nutritionniste.

Votre enfant refuse le repas que vous avez préparé? Ne vous inquiétez pas, il n’est pas le seul! De nombreux enfants deviennent des mangeurs difficiles, surtout entre l’âge de 1 an et 6 ans.


Votre enfant veut toujours un pain au beurre d’arachide et refuse le repas que vous avez préparé? Il préfère jouer et laisse tomber complètement la nourriture? Il mange lentement ou joue avec la nourriture? Vous avez un mangeur « picky »! Ne vous inquiétez pas, vous n'êtes pas la seule!

De nombreux enfants deviennent ce qu’on appelle des « Picky Eaters » ou des mangeurs difficiles pendant un certain temps, surtout entre l’âge de 1 an et 6 ans. C'est une étape normale de leur croissance et cet état ne durera pas. D’ailleurs, cette situation crée souvent des conflits à l'heure des repas et l’alimentation de l’enfant peut devenir une source de frustration et d’inquiétude chez beaucoup de parents. Comprendre les raisons de ce comportement aide les parents à mieux gérer la situation.

Une croissance plus lente réduit l'appétit
Après l'âge de 2 ans, la croissance de l’enfant ralentit nettement. Un bébé atteint le quadruple de son poids de naissance avant l’âge de 2 ans. Alors qu’entre 2 et 6 ans, il gagne seulement 4 à 5 livres chaque année. Ainsi, les enfants d’âge préscolaire tendent à manger seulement quand ils ont faim. Votre rôle sera de fournir différents types d’aliments nutritifs à chaque repas et collation. L’enfant prendra la décision de quand manger et de combien manger. Votre rôle sera de guider ce processus en respectant la capacité de l’enfant de décider.

Un ventre minuscule
L’estomac d’un enfant ne dépasse pas la taille de son poing. C'est pourquoi plusieurs petits repas fonctionnent mieux. Éviter les collations et les grignotages une heure avant les repas de sorte que l’enfant arrive à table motivé à manger. Les enfants ont tendance souvent à se bourrer de lait ou de jus durant la journée et ne laisser aucun espace dans leurs petits estomacs à une plus grande variété d’aliments. Plusieurs sortes de jus, même ceux contenant 100 % de vrais fruits, fournissent plus de sucre et de calories que les boissons gazeuses. Il est recommandé de limiter les jus à moins de 6 onces par jour. Le Guide alimentaire canadien recommande que les enfants de 2 à 8 ans consomment 2 tasses de produits laitiers à faible teneur en matières grasses chaque jour.

L’enfant cherche le contrôle
À l’étape où l’enfant commence à affirmer son indépendance, les heures de repas peuvent devenir des champs de bagarres. Il peut être utile de lui donner un certain contrôle de la situation en lui fournissant seulement une petite portion. Ainsi, il peut la finir et en reprendre. De cette façon, il apprendra à adapter ses portions à son appétit. Ceci permettra à votre enfant de développer des habitudes alimentaires saines.

Ne forcez pas l’enfant à nettoyer son plat.

Les menaces et les punitions renforcent seulement la résistance et l’obstination. Vous possédez toujours le contrôle sur ce qui est offert à l'enfant. Continuez à offrir une variété d’aliments nutritifs et laissez l'enfant faire ses choix parmi ce qui est disponible même si son choix tombe toujours sur le même aliment. Il va probablement s’ennuyer et commencera à manger d'autres aliments offerts. Ne soyez pas excessivement préoccupée par son alimentation surtout si votre enfant est énergique et dispose d’une bonne croissance.


Quelques conseils pour aider votre enfant à essayer de nouveaux aliments
Présentez un nouvel aliment plusieurs fois. Laissez votre enfant découvrir cet aliment en lui parlant de sa couleur, sa forme, sa saveur et sa texture, mais soyez patiente avec ses habitudes investigatrices. Les enfants en âge préscolaire ont souvent besoin de plusieurs expositions à un nouvel aliment avant de l’accepter.

Commencez petit à petit en mettant une petite partie du nouvel aliment dans le plat de votre enfant à côté des aliments familiers. Rappelez-vous : un nouvel aliment semblera plus attrayant au repas si votre enfant ne vient pas justement finir une collation.

Faites de la nourriture une expérience amusante. Parfois les enfants essayeront un nouvel aliment si celui-ci est plaisant à manger. Par exemple, servez le brocoli avec sa trempette préférée et coupez les aliments en différentes formes avec un découpoir de biscuit. La température des aliments est aussi un facteur important. La plupart des enfants préfèrent les aliments tièdes.

Faites participer votre enfant. À l'épicerie, laissez votre enfant choisir de nouveaux fruits et légumes, de nouveaux produits à grains entiers ou de nouvelles saveurs de yogourt. À la maison, faites participer votre enfant à la préparation de la nourriture.

Soyez un bon exemple. Les enfants imitent souvent leurs parents. Plus vous mangez fréquemment un aliment en particulier, plus votre enfant sera tenté de l'essayer.

Trouvez une façon de les intégrer. Si vous voulez que votre enfant mange plus de légumes, vous pourriez les ajouter dans les aliments « acceptés ». Par exemple, ajoutez le brocoli aux macaronis au fromage, ou ajoutez la courgette et les carottes râpées au mélange de muffins, au pain de viande et aux potages. Dans certains cas, vous pouvez avoir un meilleur succès sans même mélanger les aliments. Beaucoup d'enfants préfèrent manger les ingrédients d'une salade ou d'un sandwich séparément.

 
Adoptez une routine. Les enfants en bas âge sont plus confortables avec les routines. La routine « l’heure du coucher » les aide à dormir quand il est temps de dormir et la routine « l’heure de manger » les aide à manger quand il est temps de manger. Servez les repas et les collations à peu près aux mêmes heures chaque jour.


Aidez votre enfant à se concentrer sur la nourriture. Les enfants peuvent être distraits facilement si la télévision est allumée pendant les repas ou si les jouets sont à table.

Évitez que les aliments deviennent un objet de chantage. Ne jamais utiliser le dessert comme récompense : « Si tu manges tes légumes, je t’offrirai un gâteau » envoie le message que le gâteau est le meilleur aliment. Ce message peut augmenter le désir des aliments sucrés sur les aliments nutritifs. Involontairement, vous faites comprendre à l’enfant que la consommation des légumes est une expérience si désagréable qu’elle doit être supportée par une récompense.

Rassurez-vous, cette situation est temporaire. Ce problème va s’atténuer ou disparaître avec l’âge. L’important est de patienter et de ne pas forcer l’enfant à ingérer un aliment pour lequel il n’est pas prêt. Il faut respecter les particularités sensorielles des enfants, leur offrir régulièrement une grande variété d’aliments nutritifs, en sachant après tout que chacun a ses préférences d’aliments et aucun enfant ne va tout aimer.

Si la situation s’aggrave et la croissance de votre enfant vous inquiète, il est recommandé de consulter une diététiste/nutritionniste pour vérifier si votre enfant comble ses besoins nutritionnels.

En direct de 00:00 à 05:30
1113
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.