nc-logo-fb-simplenc-logo-twitternc-logo-pinterestnc-logo-instagram nc-logo-youtubenc-logo-google-plusnc-logo-rss nc-zoom-2nc-calendar-grid-61 nc-simple-removenc-button-plaync-button-pause nc-button-stopnc-curved-nextnc-tail-rightnc-tail-leftnc-volume-ban nc-volume-97 nc-volume-93nc-sun-cloud-hail nc-sun-cloud-light nc-sun-cloud nc-sun-cloud-fog nc-email-84nc-headphonenc-ic_photo_library_24pxnc-flash-21nc-single-02 nc-bars

Amy Schumer et Oprah parlent d'amour et de violence

Amy Schumer et Oprah parlent d'amour et de violence

Ce n'est pas facile de trouver l'amour, Amy Schumer en sait quelque chose. Dans une entrevue accordée à Oprah, elle parle de son mari, de son côté introverti et des relations malsaines qu'elle a connues autrefois.

Oprah a démarré l'entrevue en parlant du mariage d'Amy avec Chris Fischer en demandant à la jeune mariée si elle était heureuse d'utiliser le mot "mari". L'animatrice a vite compris qu'Amy est surtout très amoureuse et heureuse d'avoir trouvé un bon partenaire de vie et cette conversation a vite mené au passé houleux d'Amy Schumer.

Celle-ci a d'abord raconté qu'elle a perdu sa virginité en dormant dans ce qu'elle n'avait pas reconnu comme un viol à l'époque. Elle a aussi raconté qu'elle a été en couple avec quelqu'un qui lui disait constamment qu'elle ne trouverait jamais personne d'autre et qu'elle était mieux de faire contre mauvaise fortune bon coeur.

 

Ce qu'Amy a retenu de ses relations pendant lesquelles des hommes manipulaient son corps comme si elle n'avait pas le droit de rouspéter et de ceux qui lui faisaient croire qu'elle devait se sentir privilégiée de ne pas être seule, c'est que l'estime de soi vient de l'intérieur. Elle dit que désormais, les propos violents ne la blessent plus. Ils la font même rire, dans une certaine mesure.

Elle rappelle que les victimes de violence ne sont pas les femmes qu'on croit. Quand elle était jeune, elle se souvient d'avoir connu une femme battue par son mari et de s'être dit "je ne veux pas devenir une femme de ce genre-là". Mais elle a fini par comprendre qu'il n'y a pas de "genre" aux victimes de violence. Les personnes fortes et puissantes peuvent être victimes de violence. Un PDG peut être victime de violence. 

Et comme Oprah l'a si brillamment ajouté, la violence peut prendre plusieurs formes, mais mène toujours à la même chose, c'est à dire empêcher la personne de devenir qui elle a le potentiel d'être.

C'est une magnifique entrevue que vous pouvez revoir ici.

Soirée à votre Rythme

En direct de 20:00 à 00:00

1043
100

Soirée à votre Rythme

avec Stéphane Richard

Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.